AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Avant de commencer :: Il était une fois :: Fiches validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ryoko Emiya-Vesthreim.

avatar
Messages : 16
Date d'inscription : 02/08/2015
Age : 20
Localisation : Somewhere over the rainbow.

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:
Classe A-2 / Recruteuse
Voir le profil de l'utilisateur



Ryoko Emiya
Classe A-2 / Recruteuse
Dim 2 Aoû - 7:29
Emiya
Ryoko
Situation financière :Moyenne.
Situation conjugale : En couple.

▬ ft. ... de ...

AGE : 19 ans.
NATIONALITÉ : Japo'Norvégienne
SEXE :Femme.
Orientation sexuelle : Bisexuelle.
GROUPE : Classe A-2.
DÉLITS : Trafic de stupéfiant, et tentative d'homicide.

SIGNE(S)S DISTINCTIS(s) : Plusieurs tatouages sur le contour des poignets (phrases norvégiennes, ainsi qu'un tatouage sur la hanche droite représentant un attrape rêve.
AUTRE CHOSE ? : ....

Physique ★ "Bleu comme les fjord, et noir comme les profondeurs abyssales." [≠]

Le stéréotype Japonais, c'est d'avoir les yeux noirs et les cheveux bruns.
Le stéréotype Norvégien, c'est d'avoir les cheveux blonds et les yeux bleus.
Je suis un parfait (et étrange) mélange des deux!
Ce n'est pas suffisant? Je m'en doutais.

IN YOUR FACE. [≠]

Mes cheveux, ma tignasse ou encore mes tifs sont lisses et d'une couleur noire ébène dont ma mère m'a gentiment fait don à la naissance. Lorsque je ne suis pas d'humeur à m'occuper d'eux pendant des heures, je les attache en une simple queue-de-cheval tout en laissant ma mèche cachait la partie gauche de mon visage. Et lorsque j'ai assez de temps et envie, je me coiffe soigneusement pendant des heures... Non, ce n'est pas vrai. Je les laisse simplement reposer sur mes épaules et basta. Mes cheveux ne sont pas particuliers, et je ne les apprécie pas plus que ça, a contrario, les personnes que j'ai côtoyées dans le passé me disaient souvent que mes yeux étaient beaux, voir magnifique malgré cela, j'ai pris l'habitude de les camoufler sous des lentilles d'une couleur rouge plus ou moins vive. Personnellement, je ne les trouve pas exceptionnel, m'enfin. Ensuite, mon nez. Un nez normal, je suppose. Légèrement retroussé mais rien de bien grave... Franchement, je ne vais pas vous faire un débat sur mon nez! Comme tous les êtres humains normalement constituer en dessous du nez, j'ai une bouche qui, d'ailleurs, n'a rien de fantastique non plus. La seule chose qui je pense pourrait être remarquable, ce sont les deux anneaux qui trônent sur le côté droit de ma lèvre inférieure. Lorsque je pince suffisamment fort mes lèvres, une cicatrise traversant mes deux lèvres dans le sens vertical apparaît, les vestiges d'une cascade loupait à 6 ans.

Allure générale. [≠]

Je pense que le moment tant attendu de vous parler de mon allure physique en général est arrivé? Je mesure dans le 1m75 de par ma taille et mon poids qui doit se trouver entre 60 et 65 kilos, je parais souvent fragile, même voir sans défense. Mais qui s'y frotte s'y pique, ce n'est qu'une apparence. Je ne suis pas si fragile qu'on pourrait le croire, j'ai suffisamment de chair sur la peau pour ne pas ressembler à un squelette. Et mes longues errances dans les rues de Tokyo m'ont permis de développer une musculature discrète mais bien réelle. Non, je ne suis pas une femme à la force surhumaine, j'ai juste appris à survivre dans la rue comme pas mal ici, je suppose.

Il est temps de passer aux attributs féminins, m'voyez. Je dispose d'une poitrine de taille normale, ni trop petite, ni trop grosse, et il en est de même pour le reste de mon corps.

Style vestimentaire? [≠]

C'est surement la chose qui a toujours énervé ma mère, mes vêtements.
Le plus souvent, je me balade avec des vêtements déchiraient, troués ce qui par le passé m'a valu de nombreux surnoms tous plus sympathiques les uns que les autres. En toute simplicité, j'aborde une veste en cuir souvent cloutée sur l'épaule droite. Cette même veste n'est pas ample du tout, elle est même un peu serrée, c'est pour cela que je la ferme rarement. Souvent sous cette fameuse veste, je porte un débardeur, ou des T-SHIRTS a l'effigie de groupe ou tous simplement avec des slogans débiles, ou vulgaire.

Le port du slim est pour moi une obligation (souvent déchiré lui aussi), je n'aime pas les jupes, ni les robes. Pendant l'été, je porte bien évidemment des shorts, je n'apprécierai pas trop de mourir de chaud. En godasse, chaussure ou pompes, je porte souvent des Doc' rouge ou noir selon mon humeur.

Au niveau des accessoires, j'ai les poignets couvert de bracelets, ils ont tous une histoire et me tiennent tous très à cœur. Je porte également un collier, le style de collier que porte les gens dans l'armée, la petite plaque en fer ou est inscrit le nom et le prénom du soldat. Ce bout de métal appartient a mon père, et depuis qu'il me la donnée, elle n'as jamais quittée mon cou.
Vous trouvez ça étrange qu'une fille de militaire soit ici? Mais non, vous ne tarderez pas a comprendre.

Ah et même si ce ne sont pas vraiment des accessoires, il est plus probable que vous me voyiez avec mes étuis à guitare qu'avec mon sac de cours.

██████████████

Caractère ★ Attitude générale.

Si vous croisez Ryoko dans un couloir de l'internat, il se peut qu'elle vous montre un sourire rayonnant ou qu'elle vous examine soigneusement sans aucunes émotions sur le visage. Ou encore qu'elle passe sans même prêter attention a vous, c'est selon son humeur, et dieu sait qu'elle est changeante.

Qualités, défauts.

Les principales qualités de Ryoko sont sûrement sa gentillesse, son bon coeur et son humour parfois décalé. Elle aiderait n'importe qui dans le besoin, et sans demander une contre partie. Mais ne vous méprenez pas, si vous avez une attitude hautaine avec elle et que vous lui demandez de l'aide par la suite, il est fort probable qu'elle vous envoi chier. Bien entendu, elle ne se montre pas forcément gentille au premiers abords, il faudra être patient pour qu'elle vous révèle son véritable caractère. Sa franchise fait aussi partit des qualités qu'elle renferme en elle, a quoi peut bien servir les mensonges? Un jour ou l'autre vous vous ferez prendre alors, soyons franc et emmerdons le monde.

Ses défauts sont.. Bon, déjà c'est une feignasse et elle se fiche de presque tout.. puis après il y'a l’agressivité, l'arrogance (parfois), et le fait qu'elle soit souvent très mélancolique. Il lui arrive très souvent de s'isoler et se plonger dans ses pensées, dans ce genre de cas, je vous conseille d'éviter de l’accoster trop brutalement. Pour finir la liste des défauts, Ryoko est parfois très pessimiste, elle ne croit en rien et surtout pas en elle.

Une dernière chose, Ryoko est souvent déjantée, elle n'ai que très rarement sérieuse lorsqu'elle connait les personnes avec qui elle "traîne".

Passions.

Les passes temps de la brune se résume à la musique et au sport.
Lorsqu'elle ne traîne pas dehors, c'est qu'elle est dans sa chambre en train de jouer de la guitare, plus souvent sèche, mais parfois électrique.
Niveau sport, elle pratique le basket et l' athlétisme. Elle aime aussi tout particulièrement le Parkour et le FreeRunning, elle pratiquait des fois lorsqu'elle était à Tokyo.Mais sa passion pour le sport ne l'empêche pas de fumer clope sur clope.

"J'aime pas".

Ryoko n'apprécie pas les gens hautains, et arrogant, bien qu'il lui arrive de l'être. Elle n'aime pas non plus qu'on la provoque, a cause de son agressivité.. Les histoires de provoc' partent souvent en bagarre ou en lynchage verbale.. Ensuite, il y'a l'autorité, non ce n'est pas une anarchiste, elle préfère juste qu'on lui dise "Fait ça, s'il te plait". Mais si quelqu'un lui ordonne sèchement sans être un minimum poli, il pourra insister pendant des heures, elle ne bougera pas et le toisera de son regard froid et moqueur.

Autres? Détails?

L'une des faiblesses de Ryoko est surement son besoin de réconfort presque permanent, elle ne le montre pas, mais le ressens. Elle n'es pas sentimental, mais il lui arrive très souvent de s'accrocher a quelqu'un, bien entendu elle ne dira rien et ne changera rien dans son comportement. Lorsqu'elle est stressée ou gênée, elle passe nerveusement sa main sur sa nuque et se mord l'intérieur de la bouche, c'est presque un tic, quelque chose d'incontrôlable. De plus, lors de ces moments de stresse, elle perd le fil et cale des mots norvégien au milieu d'une discussion, l'entendre se mélangeait les pinceaux est souvent très marrant.

Histoire

Histoire ★

Un homme qui plane au-dessus du monde et une femme qui voyage sans cesse. Leurs chemins se croisèrent, ils se lièrent pour le meilleur et le pire. Un enfant naquit de leur union, c'est l'histoire de cette gamine qui vous intéresse? Soit, alors allons-y.


La rencontre.

Tår Vestrheim était engagé volontaire dans l'armée de l'air norvégienne, il força son courage et s'épuisa à la tâche pour atteindre le rang de commandant en chef.
Megumi Emiya était une jeune femme d'affaire venu d'une famille japonaise plutôt riche, son chemin était tous tracé.


C'est lors d'un de ses voyages qu'elle croisa le regard bleuté d'un militaire qui semblait entraîner ses hommes a un exercice d'évacuation, elle laissa traîner son regard sur son visage, puis sur son buste musclait. Puis l'homme se retourna avec un regard sévère, il changea immédiatement d'expression quand il vit cette magnifique asiatique dans son tailleur noir, était-elle trop belle ou lui trop sot? Leurs regards s'enfoncèrent l'un dans l'autre, cela dura un petit temps puis un fracas rompit ce moment de flottement.. Le commandant Tår se retourna et se mit a hurlé sur l'homme responsable de l'incident, lorsqu'il voulut revoir les pupilles sombres de l'inconnu, elle avait disparu ne laissant aucune trace derrière elle.

Les jours continuaient de défiler et le souvenir de cette femme ne quittait pas son esprit. Son métier ne lui avait jamais permis d'avoir une relation stable, trop dangereux disaient-elles. Il se languit encore et encore, il ne voulait qu'une chose, revoir cette femme et l'inviter un soir, son coeur lui disait d'y aller, de ne pas perdre une occasion pareille. C'est ce qu'on appelle le coup de foudre, non? Alors il alla s'asseoir a l'endroit même ou cette femme était apparu, il fouilla dans sa poche pour en sortir un paquet de cigarette.

"Du feu, commandant?"

Cette voix cristalline coupa tout geste de la part du militaire, il releva la tête lentement et vit avec joie que sa mystérieuse inconnue était revenu. Il resta bouche bée devant elle, comme un idiot. Mégumi afficha un sourire en coin, tout en tendant un briquet. Tår était en train de la contempler, de haut en bas, elle était magnifique. Rien à redire, la perfection à ses yeux. Un long silence s'installa entre les deux adultes qui se détaillés mutuellement, le genre de moment très gênant. Après cette soirée passait ensemble, la jeune japonaise décida de rester en Norvège pour fonder une famille avec cet homme, c'était risqué, mais pas totalement insensé.

Naissance et enfance.

Leur union datait de 3 ans maintenant et la vie de la japonaise avait été bouleversée par un petit être qui répondait au nom de Ryoko. Cette naissance avait marqué le summum de l'amour que ces deux personnes se donner mutuellement, cette petite fille était un délicat mélange de nationalité et de culture. Elle choisit d'ailleurs de garder les deux noms de ses parents ne souhaitant pas renier ses origines japonaises. Ses parents la chérissaient plus que tout au monde, Tår était devenu un père aimant et Megumi une mère au foyer irréprochable. Ryoko se comportait comme toutes les petites filles du monde, elle jouait, riait et s'amusait avec tous et n'importe quoi. Lorsqu'elle entra à l'école primaire elle fit preuve de beaucoup de sérieux dans les travaux qu'on lui demandait de faire, tout était parfait dans la vie de la petite et de ses parents. A l'âge de 5 ans, Ryoko reçu la chose qu'elle désirait le plus au monde: une petite soeur. Ce petit ange fut nommé Idune, en hommage à la mère de Tår qui venait juste de décéder. Cette deuxième fille arriva à point nommé et donna une joie immense à la petite famille. A l'inverse de Ryoko, Idune était une petite blonde au yeux ébène. Une relation de complicité s'installa entre les deux petites filles qui ne cessaient d'être ensemble, Idune ne fut jamais délaissée par Ryoko bien qu'elle grandissait et entrer dans l'adolescence. L'aînée fit ses propres expériences et trouva qui elle était, quant à la cadette, elle continuait de grandir en essayant de copier sa soeur sans succès parfois.
Bouleversement.

Les cours venaient de se finir en cette chaude journée de Juillet et demain c'était l'anniversaire d'Idune. Ryoko devait impérativement trouver un cadeau digne de ce nom, sinon, elle aurait le droit à un remontage de bretelle de la part de son père.. Et se faire engueuler par un militaire, c'est pire qu'effrayant. La brune déambula dans la galerie marchande en regardant de droite et de gauche pour voir ce qui pourrait plaire à sa petite soeur, elle tomba finalement sur une magnifique peluche représentant un oiseau blanc, une colombe. Elle se rua dans le magasin pour l'acheter et lorsqu'elle ressortit son téléphona s'affola dans sa poche, elle décrocha et fut chargée d'aller chercher Idune à l'école. La brune accepta bien qu'elle aurait préférée rentrer pour bosser ses cours et se dirigea vers l'école. La petite arriva et prit la main de l'aînée qui ne traîna pas et prit rapidement la direction de la maison. Sur le chemin, elles parlèrent de l'anniversaire qui aurait lieu demain et la petite fut tout excitée a l'idée de voir ce que lui avait achetée sa grande soeur. L'excitation l'a fit sauter, courir et tout ce qui s'en suit, les enfants sont pénibles dans ce genre de situation. Ryoko rappela sa soeur a l'ordre en lui disant que c'était dangereux de faire ça aussi près de la route, Idune se calma directement et avança pour prendre le passage piéton.

"C'est d'avoir bientôt 9 ans qui te met dans cet état?

- Oui! Bientôt je serais aussi grande que toi, grande soeur!

-Bientôt? Non, tu auras mon âge dans 5 ans, d'ici là, je serais encore plus grande que toi. C'est le cycle de la vie Idune, tu ne pourras jamais avoir mon âge."

La petite marmonna quelques injures infantiles dans sa barbe et fixa les panneaux de signalisation. Le bonhomme était vert et le feu rouge, mais il n'y avait aucune voiture qui attendaient pour passer, alors Idune commença a prendre le passage piéton en sautant de bande blanche en bande blanche. Ryoko commença a réprimandée sa soeur lorsqu'elle entendit un crissement de pneu, elle tourna la tête et pu voir qu'un chauffard se dirigeait a toute allure vers sa soeur. La brune hurla, en implorant sa soeur de se pousser, de bouger, d'accélérer le pas, mais la petite ne compris pas. Elle se retourna vers sa soeur, la regardant avec un sourire sur le visage, avant de se prendre la voiture de plein fouet. Son corps frêle plana sur un ou deux mètres et s'écrasa au sol dans un fracas d'os brisait. Le chauffard avait tenté de freiner, mais c'était trop tard, beaucoup trop tard. Il sortit de la voiture et s'approcha doucement de la blonde qui était couchée sur le bitume, inconsciente. Ryoko était toujours sur le trottoir, bouche bée, les yeux mouillés de larmes, elle tourna la tête avec difficultés vers le corps inerte de sa soeur et entreprit de s'en approcher. Ses jambes étaient molles et elle tremblait comme une feuille, aucun sons ne pouvaient sortir de sa bouche. Une fois près du corps de sa soeur, elle tomba a genoux et ses larmes quittèrent enfin ses yeux pour se briser sur le bitume brûlant d'un mois d'été. L'homme qui était responsable de l'accident se pencha sur l'ainée et essaya de la faire réagir.. Mais a quel prix? Ryoko finit enfin par regarder son interlocuteur, à ce moment, elle ne savait que faire. Alors d'une voix tremblante, elle demanda une faveur à cet homme.

"Tel-Téléphoner à l'hôpital.. s'il vous plait.."

L'homme s'exécuta immédiatement sans poser de question et affirma que des ambulanciers arriveraient très prochainement. Puis, il repartit en direction de son véhicule. La brune essuya le filet de sang qui coulait de la bouche de sa tendre et si chère petite soeur, elle contempla son visage tordu par la douleur. Puis d'un coup, d'un seul, elle se mit a hurlé. Réclamant le prénom de cet homme, jurant qu'il n'aurait pas de repos tant que sa soeur ne serait pas soignée et hors de danger.

"Ton nom, dépêche toi. Donne-moi ton putain de nom..

-Je suis Matsuda Aosora, PDG d'une grande entreprise japonaise."

Ryoko se releva faiblement contant bien lui exploser la gueule, mais les ambulanciers arrivèrent et stoppèrent la jeune femme qui s'apprêtait a commettre une erreur monumentale. Elle eut beau se débattre, rien n'y fit.

Elle insulta même ceux qui étaient en train de sauver sa soeur, leur ordonnant de se dépêcher.

Verdict.

Quelques heures après l'accident, les parents de Ryoko étaient arrivés a l'hôpital. Ils avaient enlacés leurs fille aînée en lui répétant que rien n'était de sa faute et qu'elle ne devait pas s'en vouloir pour quoi que ce soit. Le docteur en charge d'Idune les convoqua dans son bureau et leurs annonça sans le moindre tact que leur fille cadette serait paralysée a vie. Megumi s'effondra dans les bras de son mari, et Ryoko n'était toujours pas remit de l'accident et là, on lui re-balancer un truc pareil à la gueule? Elle allait devenir folle.

"Vous êtes sûr qu'il n'y a vraiment rien a faire? Une opération?! Quelque chose.. S'il vous plait.." Implora la mère déchirait par les larmes.
-La médecine japonaise peut peut-être quelque chose pour vous. Mais ici, à Oslo, nous ne pouvons rien. Mais cette opération vous coûtera chère, vraiment très chère."

Lorsque la petite reprit connaissance, les infirmières la placèrent dans un fauteuil roulant et lui expliquèrent qu'elle devra apprendre a vivre avec. Ne savant pas vraiment ce que signifiait tous ce charabia, elle sourit et déclara "C'est moins fatiguant de rouler".

L'anniversaire eut lieu comme prévu, mais personne n'était réellement heureux. Ryoko offrit la peluche a sa soeur, mais elle n'osait plus la regarder en face. Si elle l'avait tenu, ce ne serait pas arrivé. Toute la famille quitta ensuite la Norvège avec des rêves de guérison pleins la tête, le Japon serait peut être la solution.

L'hôpital de Tokyo était réputé pour la rapidité de la prise en charge des patients et de leurs qualités incroyable de soin. Idune fut placée en observation pendant une semaine, les médecins avaient possibilité de l'opérer, mais la somme qu'ils demandaient était l'équivalent de 3 salaires du père. Comment allaient-ils pouvoir donner une telle somme? Ryoko se tourna vers sa mère, et lui chuchota quelque chose a l'oreille. Puis elles échangèrent un regard complice.

"Nous aurons votre argent, docteur. D'ici 2 mois au plus tard."

L'idée de Ryoko était de porter plainte contre l'homme qui avait renversé Idune, il était PDG donc, il pouvait bien payer pour son crime.

L'audience fut donnée presque immédiatement, toutes les preuves étaient contre Mr. Aosora, et pourtant il gagna le procès. L'argent, l'argent et encore l'argent. Il avait soudoyé les juristes, a tout les coups. C'est à ce moment précis que la descente au enfer de Ryoko commença, elle se rua vers le PDG et se déchaîna sur lui, lui balançant des insultes a outrances. La sécurité saisit l'ado' et l'emmena au poste, son casier judiciaire venait de voir le jour, et ce n'était qu'un des nombreux chefs d'accusations.

Cercle vicieux, espoir, vengeance.

Après le procès, la famille abandonna les poursuites contre le responsable de la souffrance d'Idune, Ryoko fut la seule qui refusa l'abandon. Toute cette histoire l'avait fais changer d'avis sur quasiment tous ce qui l'entourer et surtout sur la soit disant "justice". Plus rien ne pourrait la faire revenir en arrière, elle tuerait si nécessaire, mais elle ramènerait l'argent qui permettra de soigner sa soeur. La brune commença par de petits vols, mais personne n'avait de preuve et surtout personne ne faisait attention à un délit si mineur. Elle augmenta le niveau et entra dans une bande organisée qui faisait passer de la drogue en masse toutes les semaines, ce trafic alimentait une bonne partie de Tokyo, et rapporter gros. Ryoko entassa les liasses, recomptant encore et encore pour se rassurer, pour se dire que bientôt sa soeur remarchera, et que tout redeviendra comme avant. Mais à force d'avoir les mains posaient sur les paquets, les sachets, et les doses, son corps se laissa tenté par sa marchandise. Ryoko se laissa tenter par le cannabis, elle entrevoyait un avenir doux et paisible en tirant sur son cône. Ryoko ne rentrait presque jamais chez elle, et passait la majorité de son temps défoncée.

Les années passaient, et le trafic s'épuisait. D'autre bande avait vu le jour, et les anciennes déclinaient. Celle de Ryoko avait toujours un rôle assez important ,mais elle voulait plus d'argent, il lui en manquait encore pas mal, et le temps passait. Alors elle se mit au combat de rue, risquant jusque sa propre vie pour sauver celle de sa soeur. Grâce a ces combats, elle apprit à se battre, elle apprit à frapper là où ça fait mal, son expérience de rue lui servira plus tard, elle en était sûre.

Ryoko était a présent presque majeur, les problèmes de santé de sa soeur persistait et l'argent que ses parents avaient été toujours insuffisant. Sa bande avait coulée, les flics avaient trouvés leurs Q.G et l'argent qu'ils cachaient. La moitié de l'argent de la brune fut saisit, trois ans d'économie, de boulot réduit de moitié, elle s'enfonça dans le désespoir et entailla son corps de nombreuses coupures.

Les jours et les nuits passaient et se ressembler étrangement, Ryoko continuait de vendre, mais pour avoir plus de marchandise, elle n'en prenait plus. Elle décrocha en compensant les drogues avec du sport intensif. Mais elle ne voyait plus rien de positif et décida d'en finir définitivement. Si Idune ne pouvait pas marcher, alors Mr. Aosora ne pouvait pas vivre. Un soir, elle rentra chez elle et monta voir sa soeur, elle lui expliqua d'une façon très vague qu'elle allait devoir partir et que toutes les choses qu'elle avait faites été pour elle et pour personne d'autre. Puis elle quitta la chambre en direction du bureau de son père, elle retourna la pièce à la recherche de l'arme de poing de son père et elle la trouva. Lorsqu'elle fut sorti de la pièce, elle cacha l'arme sous sa veste pour ne pas que ses parents remarquent quoi que ce soit. Ryoko quitta la maison sous les hurlements de sa mère qui ne comprenait plus où était passée sa fille, ou était celle qui était souriante et aimante. Sans perdre une minute, l'adolescente se dirigea vers le domicile d'Aosora, elle sonna et sortit l'arme, la braquant directement a hauteur d'une tête humaine. L'homme apparut, le canon collait entre ses deux yeux. Il leva les mains comme par reflex et implora pour sa vie.

"Ne me tuer pas, j'ai de l'argent, je peux tout vous donner, mais par pitié! J'ai des enfants..

-De l'argent.. Des enfants?.. Je n'ai plus besoin de ton argent, sale chien. Si tu avais assumé tes actes, il y'a 3 ans de ça.. Tu as des gosses, et tu as percuté ma soeur? Et si c'est moi qui avait percuté l'un de tes mômes comment t'aurais réagis, enfoiré? hein! Comment?!"



Les minutes passaient et la discution était fini. Ryoko n'avait pas baissé son arme pour autant, elle se ressassée les événements passaient lorsqu'une sirène lui fit tourner la tête. Maintenant, il était trop tard, elle n'eut pas le temps de réagir ,mais les flics étaient déjà là, la pointant de leurs armes. Il était trop tard et tirer aurait été une opération suicide, mais la mort n'intéressait pas Ryoko, pas encore. Les agents présents lui ordonner de lâcher son arme, ils n'hésiteraient pas à flinguer une gamine de 17 piges, Ryoko le savait. Elle balança son arme sur le côté, et soupira longuement.

L'un des flics s'approcha de la jeune fille pour la saisir par le poignet, elle le poussa rageusement et afficha un sourire fier avant de se jeter sur l'homme responsable des malheurs de sa soeur. Elle le frappa sans sommation, visant la nuque, tentant de l'étrangler, les coups étaient lourds et très violent. La rage se sentait dans les agissements de la brune, c'était l'aboutissement de 3 ans de décadence. Les policiers se précipitèrent sur la jeune femme, ils la plaquèrent contre le sol, essayant de ne pas se prendre les coups qu'elle donnait dans le vide, ses cris raisonnaient dans la nuit tandis que la famille Vestrheim s'endormait ne se doutant de rien.

"Tentative d'homicide.. Et ta mère." Souffla la brune au fond de sa cellule.

Le jour venait de se lever, les rayons du soleil semblaient dansés avec la brume naissante à l'horizon, c'était le jour du jugement et la brune savait que rien ne la sauverait. L'audience fut ouverte vers 10h et fut fermée à 10 h 30, Ryoko avait tout avouée, même les petits vols que personne n'avait remarqué. Et elle ajouta :"J'ai détruis ma vie pour sauver celle de ma soeur. Condamnée moi, mais je buterai ce mec, un jour ou l'autre. Alors, cache toi bien."

De part son jeune âge, elle échappa de justesse à la prison et fut envoyé à l'Internat Kyrie. C'est dans le silence complet qu'elle quitta la salle, son dernier regard fut adressé à sa soeur, un regard remplit d'émotion et de désolation.

Et après?

Un an est passé depuis son arrivée à Kyrie. Ryoko a rencontré des gens, noué des liens, et surtout, elle est en couple. Depuis presque un an maintenant, elle file un parfait amour avec l'un des autres pensionnaire, Aria.
Les deux jeunes femmes ont eu une complicité presque instantanée, et depuis ce jour, elles se soutiennent mutuellement, s'entraident, et s'aiment.
Ryoko ne souhaite qu'une chose, que rien ni personne ne brise ce précieux lien.

?


CODE DU FORUM :
AGE : 19 ans
NOTE DU FORUM ? : 666/10
AUTRE COMPTE ICI ? : Pas pour le moment!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 160
Date d'inscription : 30/09/2014
Localisation : Dans les nuages ~
Admin
Dim 2 Aoû - 7:31
WELCOMMEEE *_*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 84
Date d'inscription : 02/08/2015
Age : 21
Localisation : Sous ta couette.
Classe A-2
Voir le profil de l'utilisateur



Aria Mizako
Classe A-2
Dim 2 Aoû - 10:13
Coucou toi :p On se connait ? :3
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 16
Date d'inscription : 02/08/2015
Age : 20
Localisation : Somewhere over the rainbow.

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:
Classe A-2 / Recruteuse
Voir le profil de l'utilisateur



Ryoko Emiya
Classe A-2 / Recruteuse
Dim 2 Aoû - 12:32
Merci bien, Maaaaamie!♥

Et : Oh! Bonjours Aria! Non, on ne se connait pas! Mais je serais enchantée de faire ta connaissance! :3♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 160
Date d'inscription : 30/09/2014
Localisation : Dans les nuages ~
Admin
Lun 3 Aoû - 5:30



Bien Joué !


Tu es validé(e)!

Maintenant que tu as rejoins notre établissement pour délinquants. Nous te demandons quelques petites choses :

• Aller recenser ton avatar
• Chercher un partenaire pour RP
• Ainsi que ton topic de relations
• Demander à rejoindre un bungalow ou une habitation


(c) MEI SUR APPLE SPRING
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Ryoko Emiya-Vesthreim.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Wish have cpoy/paste en direct de Ryoko !
» Ryoko’s Case File
» Newan Emiya - le mage au coeur de l'épée
» Prologue de l'histoire de Emiya Kiritsugu
» Bienvenue en territoire hostile ! | PV Emiya & King |

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Avant de commencer :: Il était une fois :: Fiches validées-
Sauter vers: