AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Flood :: Rp's inachevés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La plage, le soleil, les chips et la bière ! Le mélange parfait ! [PV : Taylor Campbell]





Invité
Invité
Dim 2 Aoû - 2:35
La matinée était bien ennuyante. Douche, petit-déjeuner, jeux vidéos, grignotage, déjeuner. L'après-midi commence seulement et l'ennui est déjà une silhouette écrasante pour ce premier jour de week-end. Puis, une brillante idée vint illuminer le cerveau du blondin plus très jeune. Rendre visite à la petite Taylor, la teigneuse comme il aime si bien l’appeler. Oui, c'est un bon moyen pour occuper une journée, s'incruster dans la villa sans coup de téléphone pour foutre le bordel et s'amuser comme un petit fou. C'est ce qu'il fait le mieux à vrai dire, ainsi que son travail de surveillent des bungalows Or, bien entendu.
L'homme en question se lève du canapé pour prendre la direction des toilettes, puisqu'une petite vidange s'impose, autant faire en sorte de bricoler ou peu pour tout remettre à neuf. Chose faite, il se dirige à présent vers la chambre de sa petite sœur, condamnée à suivre le traitement de l’institut pour avoir consommée de la drogue. Elle dort. Parfait, l'occasion de laisser un petit mot sur la table de la cuisine pour témoigner de son absence lorsqu'elle se réveillera d'entre les bras de Morphée. Direction l'autre chambre, changeons ses vêtements pour quelque chose de plus approprié. Une chemise à carreaux, non. Une chemise ayant comme motif, des fleurs, oui. De couleur turquoise. Non, un peu trop voyant, cela attire bien trop les regards. Une chemise pourpre avec des fleurs blanches, c'est parfait. Un short de même couleur et des sandales. Sans oublier des lunettes de soleil. Tout est bien qui finit bien, au final. N'oublions pas les clés de la maison pour ne pas avoir l'air con à faire des tentatives inutiles pour ouvrir la porte.

Porte fermé, carte d'identité dans la poche, ainsi que de l'argent pour ne pas venir s'incruster les mains vides. En avant toute pour la première épicerie du coin, en empruntant le chemin vers le lieu de résidence de cette chère et tendre Campbell Taylor. L'épicerie, un gros et énorme bonjour accueille le blondin. Cette voix roque et puissante ne sort que d'une bouche. Il n'y en a pas deux comme lui. Deux packs de bières ainsi que quatre paquets de chips. Grosse, grosse journée qui sans doute se mélanger entre les injures et la rigolade, devant cet horizon qu'est la mer en face d'une petite villa au bord de la plage. La note des articles réglés, il est temps de rejoindre cette fameuse villa. Après une bonne quinzaine de minutes, le voilà devant la porte de la demeure. Devant l'habitation de cette taquine d'infirmière. L'index faisant pression sur le bouton de la sonnette pour déclencher le petit son qui témoigne l'arrivée d'une présence humaine. Cependant, elle ne daigne pas bouger ses fesses pour ouvrir la porte.

Allo, l'infirmière de pacotille, tu répond ou pas ? Tu fais caca ou quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 102
Date d'inscription : 29/07/2015
Age : 23

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:
Infirmière
Voir le profil de l'utilisateur



Taylor Campbell
Infirmière
Dim 2 Aoû - 6:43
Le week-end est arrivé et je l'ai accueillit à bras ouverts... Je n'en peux plus de ces gosses qui pleurent pour un rien... Regardant le plafond de ma chambre j'hésite à me lever. La nuit à été longue et je sens que je n'aurai pas du sortir hier soir... Je passe mes doigts sur ma tempe et me lève pour aller prendre du paracétamol... Peut-être que ce putain de mal de crâne passera après... Traînant les pieds jusqu'au salon, j'attrape la télécommande de ma chaîne hifi pour la lancer en aléatoire... Go la douche et je pense que je vais aller me prélasser tout l'après midi à la plage...

La douche est pour moi comme une libération et je ne sais pas combien de temps je reste dessous, mais cela me semble une éternité sans bouger ne serait-ce qu'un orteil... Heureusement que je ne paye pas l'eau sinon j'aurai à chaque fin de moi des factures incommensurable... Je m'apprêtais à sortir lorsqu'un con s'acharna sur ma sonnette... Je soupire longuement et m'enroule dans une serviette en hurlant que j'arrive... Je me sèche à peine les cheveux et enfile les sous vêtement que j'ai à porté de mains et une robe de plage... Je ne vais pas me fouler, aujourd'hui j'ai la flemme !

Voilà que l'autre bécasse hurle encore plus fort... Je reconnais ce langage « soutenu » ce qui me fait lever les yeux au ciel. C'est dégoulinante que je vais lui ouvrir la porte, mes cheveux coulant sur ma robe. Je lui ouvre...

« Tu sais qu'il existe de nos jours des appareils formidables appelés téléphones... Tu appuies sur le prénom de la personne que tu veux appeler et tu la préviens de ton arrivée !"


Je lui souris en secouant la tête d'exaspération, lui laissant un passage pour qu'il rentre à l'intérieur... Vu comment il est chargé comme une mule je ne pense pas que ce soit une simple visite de pacotille... C'est une journée grosse bouffe et bière qui nous attend. Je lui annonce de faire comme chez lui allant chercher ma serviette pour me sécher les cheveux un minimum...

« Faute de me voir toute la semaine à l'école, je te manquais, c'est ça ? »

Je le rejoins dans le salon ou je baisse la musique... n peu plus fort et je ne l'aurai pas entendu et je oh combien il est patient... Il aurait cherché un moyen d'ouvrir ma porte le con !
Revenir en haut Aller en bas




Invité
Invité
Lun 3 Aoû - 1:29
La blondine daigne enfin lui ouvrir la porte, après quoi, une bonne dizaine de minutes ? Pendant ces quelques minutes, l'homme patient d'humeur impatiente cherchait un autre moyen pour entrer dans la demeure de son amie, l'infirmière incapable. Le voilà désormais à l'intérieur de ce lieu, la caverne de Taylor, une musique bien forte dont le volume diminue petit à petit. La magie de la technologie. C'est magnifique, chez elle. Tout est rangé, ordonné. C'est bien une résidence de femme. Aucune trace de poussière, la nourriture est avec la nourriture, les films sont avec les films. Petite Taylor, fidèle à elle-même. Archaïque à l'extérieur mais maniaque à l'intérieur. C'est un bien énorme point positif qu'elle récolte, si on oublie son caractère au sein de l'institut. Ce qui n'est pas une chose aisée. Impossible d'oublier ses traits de caractères.

Les téléphones ? Je préfère venir à l'improviste. Ce qui rend la surprise intéressante.

Inutile de prendre la peine de répondre à la seconde question, puisque la maîtresse des lieux connaît déjà la réponse. Ce qui forme une question rhétorique. Le plus important est de faire comme chez le blondin. La liberté à l'état pure, la jouissance extrême de faire exactement ce qu'il veut. Et Dieu sait comment se lâche l'individu lorsqu'on lui souffle ces mots. Un homme sans-gène, qui pourrait se promener tout nu si l'envie lui prenait. Mais pour l'heure, il ne fait que déposer les bières et les chips pour déboutonner sa chemise et ainsi montrer son torse, ainsi que sa cicatrice au niveau des clavicules.

Le regard brun, insistant, observe la blondinette d'un œil attentif. Le temps que celle-ci revienne de la salle de bain. Quelque chose s'est produit dans sa vie. Aujourd'hui comme hier ou comme avant-hier. La femme semble plus joyeuse que d'habitude et cela perturbe quelque peu l'ancien voyou. Que peut-il bien se passer de merveilleux pour qu'elle soit dans un état aussi imposant ? Gagner énormément d'argent ? Impossible, elle ne serait pas ici si cela aurait été le cas. Alors quoi ? L'homme de sa vie ? Peu probable mais cela peut être une possibilité. Qu'y-a-t-il ensuite ? La directrice de l'institut lui accorde un congé d'une semaine ? Aucune chance. Il y a forcément d'autres options, mais aucune ne vient s'incruster dans la tête de l'individu abordant une tenue décontracté. Hormis, celle de tenter le tout pour le tout. Ou le tout pour le rien.

Tu es joyeuse aujourd'hui. Il s'est passé quoi ? Tu as connu l'homme de ta vie ? Il est riche ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 102
Date d'inscription : 29/07/2015
Age : 23

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:
Infirmière
Voir le profil de l'utilisateur



Taylor Campbell
Infirmière
Lun 3 Aoû - 6:24
Je lance la serviette sur le canapé, les cheveux en bataille... Je secoue la tête et tout revient légèrement en ordre. J'irai me passer un coup de peigne plus tard. Pour le moment je me contente de l'écouter en m'allumant un cigarette. Je marche pieds nus dans mon salon venant le rejoindre dans le coin cuisine venant me poser sur l'un des tabourets de bar au comptoir, le regardant déboutonner sa chemise... Je lève les yeux au ciel, cet homme n'a aucune gène ! Je remarque sa cicatrice, mais je ne cherche pas plus loin, on en a tous qu'elle soient visibles ou non... Attrapant le sac avec les bières je me mets à fouiller dedans tout en ajoutant.

« Et si je n'avais pas été là tu te serais retrouvé comme un con ! »

Je ris, sortant deux bières avant de fouiller dans le tiroir pour attraper un décapsuleur pour, ni une, ni deux, ouvrir les bières. Je fais glisser la sienne jusqu'à lui avant de regarder ses pieds et de râler.

« Tes chaussures Ryan, combien d'fois j'te l'ai dit ! »

Comment ça je suis maniaque ? Pas du tout, c'est juste que je viens de faire le ménage et que... Bon okay je le suis légèrement, mais c'est parce que lorsque c'est propre on a pas besoin de nettoyer : Logique ! Je lève les yeux au ciel, descendant une goule de ma bière avant d'aller chercher la télécommande de la chaîne. Et là vient la question fatidique... Je tourne mon regard vers le siens, secouant la tête . Je souris, mais je ne peux rien lui cacher ce con voit tout... Pourtant je ne me pense pas plus joyeuse que d'habitude... Que lui fou un coup de poing dans l'épaule parce qu'il m'agace.

« T'abuse ! »

Je me rassois et change de musique une nouvelle fois. Je sens son regard insistant sur moi et il m'agace... Quand monsieur veut savoir, il le veut... Et ça m'énerve... Je sais que si je ne lui dis rien il viendra me faire chier jusqu'à mon cabinet dès lundi.

« Non il n'est pas riche, du moins ce n'est pas crésus que je sache mais, oui j'ai rencontré quelqu'un... M'enfin... On se cherche beaucoup... Et il est trop Se-Xy ! »

Oui bon ce que je dis à la fin je doute fort que ça l’intéresse, mais c'est la vérité... Je pose une nouvelle cigarette au coin de mes lèvres, le regardant, inclinant ma tête de côté.

« Monsieur a-t-il d'autres questions ? »
Revenir en haut Aller en bas




Invité
Invité
Mar 4 Aoû - 0:10
Rester comme un con devant la porte d'entrée de la villa de Taylor. C'est vrai que cela pouvait se faire. Et encore, le sans-gêne aurait trouvé le moyen de crocheter la serrure pour y entrer, même si cela est plus une violation de domicile qu'une simple visite surprise. À vrai dire, il s'en fiche de finir en prison. Il s’ennuie. Et lorsqu'il s'ennuie, il fait chier son entourage pour avoir de la compagnie. Ce qui se produit en ce moment avec l'infirmière incompétente. Puis, arrive la phrase d'une maniaque pure souche de la propreté. Elle le répète chaque fois que le surveillant se pointe dans sa villa. Chaussures pas-ci, chaussures par-là. L'invasion des chaussures. Le retour des chaussures. Mais, c'est des sandales que le blond trimballe en ce moment, pas des chaussures. Elle fait des erreurs, ses yeux commencent à perdre de la vue. Ironique comme phrase, surtout inutile. Intégralement inutile et sans intérêt.

Ce n'est pas des chaussures, c'est des sandales ! Espèce d'ignorante.

La blonde parle ensuite d'un homme sexy. Il n'y a pas si longtemps que ça, cette infirmière déblatérait des âneries comme quoi, un acteur américain est lui aussi sexy et séduisant et qu'il n'y avait rien au-dessus. C'est étrange qu'elle retourne sa veste ainsi. Mais c'est tout de même une bonne nouvelle quelque part. Cela lui fait une bonne excuse à sortir lorsqu'elle se fait charmer par les teignes qui viennent à l’infirmerie juste pour la voir, même se la blessure n'a rien de vraiment grave. Elle va en calmer des ardeurs, avec ça. Elle va en décevoir beaucoup, tel est la dure réalité de la vie, aucune place pour les faibles. Ou les timides, au choix, selon le bon vouloir de chacun. S'il a d'autres questions. Bien sûr qu'il en a, des milliers même. Mais la question la plus importante, celle qui lui traverse l'esprit, n'est pas approprié au contexte actuel. Il faut dire qu'elle a l'habitude maintenant, que l'ancien voyou change de sujet comme de chemise.

Oui. Tu as mangée quoi à midi ? Tu pues de la bouche !

L'homme daigne enfin prendre la bière qui lui est destinée avec de boire quatre ou cinq bonnes gorgés de ce délicieux nectar. Ses lèvres se séparent du goulot de la bouteille, quitte à renverser une ou deux gouttes dans la précipitation. Ce délicat bonheur de se rafraîchir le gosier après avoir autant marché et discuter. Puis, vint un rôt fort et puissant, qui caractérise bien l'homme qu'il est, se grattant les parties sans distinction, oubliant merde la présence de la demoiselle. Jusqu'à s'en rendre compte et retirer vivement sa main de son short, sifflotant d'un air innocent.
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
La plage, le soleil, les chips et la bière ! Le mélange parfait ! [PV : Taylor Campbell]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Lézarder au soleil avec une amie, quoi de mieux? [Luna Lupinelli & Aliénore S. Marshall]
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» Manifestation pour la paix a Cite-Soleil
» Cité Soleil, Evens serait le plus riche des pauvres
» Fort-St Michel lieu macabre devenu le Cité Soleil du Cap-Haitien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Flood :: Rp's inachevés-
Sauter vers: