AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Flood :: Rp's inachevés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La curiosité est un vilain défaut, mais ça occupe





Invité
Invité
Sam 15 Aoû - 0:15
J'étais parti pour quelques heures de solitude en ville. J'avais bien envie d'être loin de tout et surtout, du centre kyrie, histoire d'oublier un peu que je suis un taulard appelé sous un autre nom moins brutal. Mais finalement, maintenant que je le vois là, j'ai bien envie de reporter mon moment de détente avec moi-même à plus tard. Ca fait un petit moment que je l'ai repéré. Il est dans la même classe que moi. Minuscule, androgyne, il m'a même fallu plusieurs jours avant d'être certain que ce type n'était pas une fille. A longue distance, je l'observe en silence. Depuis qu'il est là, je le trouve assez étrange. Bon, faut dire que les mecs de notre classe n'ont pas une réputation de p'tits voleurs inoffensifs, mais quand même ... Lui, avec ses cicatrices partout et ses points de sutures à n'en plus finir, se démarque vraiment des autres. Alors, après de longues secondes d'une observation discrète, je sors de ma pseudo cachette et je m'approche. Je traverse la place et je le rejoins au pied du clocher, où il est assis sur un banc. Je m'arrête à quelques mètres, m'apprête à faire demi-tour. Qu'est-ce qui m'prend ? Je m'fiche bien de sa vie, non ? Et si il s'avérait bavard et collant ? Et s'il me prenait la grappe pendant deux heures ? Suis-je prêt à prendre le risque de me retrouver avec un taré dans les pattes ? Je fais un pas de plus. Après tout, rencontrer mes semblables fait partie de la thérapie que le doc' a instaurée, non ? Un pas vers ma réddition, comme il dirait. Alors je viens finalement m'asseoir près du gamin aux cheveux décolorés. Encore un détail bien étrange.

- Salut, t'es dans ma classe je crois, nan ? C'est quoi ton nom, déjà ?

L'avantage d'être diagnostiqué schyzophrène, c'est la peur des autres quand ils savent que certains mots vous déclenche une crise de divergence. Ils ont tellement peur de se faire assassiner comme ils ont vu se faire assassiner leur élève il y a quatre mois, qu'ils se sont tous mis bien d'accord pour accepter de m'appeler Raven en classe, et partout dans l'établissement. Comme si Adam Baylin était une cause de ma maladie. Comme si Adam Baylin était le bouton rouge qui déclencherait la destruction du vaisseau. Même les prof' se prêtent au jeu morbide de ma double identité, et ce n'est pas pour me déplaire. Parce que bon, quand vous chassez une identité de votre esprit et que vous interdisez à tous de prononcer ce nom, je peux vous garantir que l'entendre dire par des adultes qui pensent être au-dessus de vos lois est assez ... irritant. Pour ma part, ma réaction se base sur une violence inouïe histoire de graver dans leur mémoire que faire cette erreur n'est plus recommandé à l'avenir. Bon, ça m'a valu quelques doses de sédatifs, il faut l'avouer. Mais au moins, on ne m'a plus jamais appelé Adam. Enfin bon. En attendant, je m'souviens pas non plus de l'identité des autres gars de ma propre classe. Alors lui, c'est qui, déjà ? Je le détaille sans gêne, essaie de me souvenir de lettres que j'aurais assimilées à des détails de son apparence, mais rien ne me vient. Non, je n'sais vraiment plus qui il est. Juste qu'il m'intrigue, avec toutes ses cicatrices.

- Pourquoi t'as des points de sutures partout ? T'as une sorte de maladie de peau qui la rend ultra fragile ou un truc dans l'genre ?

Adam Baylin qui pose des questions et qui s'intéresse à autrui ... On aura tout vu dans ce monde de fous ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 38
Date d'inscription : 03/08/2015

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:
Classe B-3/Admin
Voir le profil de l'utilisateur



Aloys T. Lloyd
Classe B-3/Admin
Sam 15 Aoû - 2:43


I tried to be normal once, and it was boring ! Juuzou Suzuya

Assis sur un banc, Aloys était entrain d'arracher les pétale d'une pauvre fleur. La couleur blanche de ces pétale était en parfait accord avec les cheveux du jeune homme . C'est d'ailleurs pour cela qu'Aloys l'avait arracher, cette couleur rapprochait la fleur de lui alors qu'elle était si différente en réalité. Deux nature bien distinct, comment pouvaient elles avoir ce point commun qui les reliait ? Cette question trottait dans la tête du jeune homme jusqu'à ce que quelqu'un vienne à sa rencontre. Depuis son arrivé Aloys avait vu pas mal de tête et fait déjà quelques rencontre, mais comment oublier quelqu'un d'aussi grand. Les yeux d'Aloys se levèrent et il mit un certains temps avant d'arriver à son visage.

Tout semblait imposant à Aloys, la taille, le visage, la voix, le tenue, jusqu'à son allure. Il se sentit totalement mal à l'aise et vulnérable. Aloys commençait peu à peu à se fermer dans son monde. Il détournait les yeux pour ne plus avoir à l'affronter. Il glissa un peu sur le banc pour éviter d'être trop proche de lui, il n'était pas du tout tactile et ça pouvait lui donner des crises d'angoisse si il était dans sa mauvaise période. Le jeune homme voulait prendre la fuite, mais il se sentait piégé car la voix de sa sœur résonnait dans sa tête. Il l'a voyait déjà entrain de lui dire que c'était mal poli de pas répondre, mais d'un autre on ne parle pas aux inconnus n'est-ce pas ? Il entrait dans un conflit intérieur lorsque l'inconnu en question reprit la parole sur ses sutures. Une maladie de peau ? Sérieusement il avait déjà bien à faire avec ses maladies mentales alors ne lui en rajoutant pas.

Aloys prit une grande inspiration avec son courage, il se racla aussi la gorge afin que sa voix déjà aiguë soit claire.

-  « J'ai pas de maladie... C'est un passe-temps... Ou quelque chose de dégoûtant »

Il y eut un blanc, ni l'un ni l'autre ne semblait oser prendre la parole. Face au silence de son interlocuteur, Aloys décida d'essayer de se détendre et de meubler cette conversation. Car le silence l'angoissait encore plus que le fait d'être avec un gars totalement inconnu.

-  « Je m’appelle Aloys... Et toi ?  … On est dans la même classe ?»

Aloys, en classe, ne prêtait pas attention aux autres. Il s'enfermait dans son monde et son silence, alors savoir ou se souvenir de qui partageait sa salle de cours était mission impossible pour lui.

C'était déjà un bon début pour le jeune homme, il ne le regardait toujours pas et frottait nerveusement ses doigts sur ses sutures qui rougissaient. Ses mains devenaient moite, il avait envie de se cacher au fond d'un trou de souris, c'était devenu rare depuis son arrestation que quelqu'un l'intimide autant. Aloys laissa tomber la fleur sans pétale qu'il avait gaiement torturé et se décida à jeter à nouveau, un coup d'oeil au jeune homme qui était toujours à ses côtés.

© By Halloween sur Never-Utopia




Revenir en haut Aller en bas




Invité
Invité
Dim 16 Aoû - 8:24
Vous avez déjà regardé deux chiens inconnus qui se rencontrent ? Il y en a toujours un plus sûr de lui que l'autre. Un qui se dresse de toute sa hauteur, qui hérisse le poil et qui porte sa queue et ses oreilles droites. Un qui tend ses muscles et hume les effluves de l'autre, sans marquer une seconde d'hésitation. Et il y a l'autre, cet animal nettement moins confiant qui avance en faisant un demi cercle et en détournant le regard pour montrer au premier qu'il n'est pas agressif et qu'il ne cherche pas les ennuis. Ben à ce moment-là, j'ai l'impression d'être ce mâle dominant qui marche droit sur l'inconnu, alors que le gamin s'éloigne et détourne les yeux comme si j'étais prêt à lui sauter à la gorge à la moindre incartade. Je sens bien qu'il est prêt à fuir, que si je poussais un peu trop le contact, je le verrais filer à toutes jambes. Pourtant, je ne recule pas, je n'hésite pas davantage.

- J'ai pas de maladie... C'est un passe-temps... Ou quelque chose de dégoûtant

Pas de maladie ? Pas physique en tout cas. Mais pour avoir un passe-temps pareil, mon pote t'es pas clair dans ta tête ... Je ne fais aucun commentaire, pourtant, parce que je peux comprendre certaines facettes disons ... atypiques de sa personnalité. Et puis après tout, tant qu'il se met pas à vouloir me coudre les bras, ça me va. Malgré tout, je n'vois pas quoi répondre à une telle information, alors je me tais. Le silence que je laisse peser en l'observant le met certainement mal à l'aise, parce qu'il décide de ne pas en finir là.

- Je m’appelle Aloys... Et toi ? … On est dans la même classe ?

- Ouais, mais j'm'asseois au fond d'la salle donc t'as pas dû faire gaffe. Moi c'est Raven.

Je remarque qu'il est nerveux, particulièrement angoissé. Par ma présence ? Ca ne m'étonnerait pas, on est pas dans la B-3 pour notre sociabilité hors normes ou notre capacité fantastique à nous fondre dans la masse. On est dans la B-3 parce qu'on est des tarés, des monstres, un peu comme des bêtes de foire. Je soupire, et je m'adosse au banc pour renverser ma tête en arrière et regarder le ciel. Il est clair, parsemé de légers nuages blancs, à peine plus épais que de la barbe à papa.

- T'sais, on est tous des cinglés, dans la classe. Mais t'as pas à avoir peur de moi, parce que t'as aucune raison de déclencher une crise. Enfin j'dis ça ... C'parce que j'ai pas envie d'voir tes fils péter et tes tendons s'prom'ner sous mes yeux, en fait ... Si tu pouvais juste passer tes nerfs sur aut' chose que tes sutures ...

Pas que j'sois sensible au sang ou à la chair, ça fait longtemps que la vue n'me touche plus. Mais si je dois ramasser les morceaux d'ce môme, j'vais encore gagner un séjour à l'isolement et les camisoles sont pas confortables, dans c'te prison à la con. Pas plus d'ailleurs que les liens de cuir fixés aux pieux des chambres d'isolement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 38
Date d'inscription : 03/08/2015

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:
Classe B-3/Admin
Voir le profil de l'utilisateur



Aloys T. Lloyd
Classe B-3/Admin
Ven 18 Sep - 3:39


I tried to be normal once, and it was boring ! Juuzou Suzuya

Le ton que prenait ce Raven avec Aloys ne lui plaisait vraiment pas. Le moyen de défense le plus efficace, à ce qu'on raconte est l'attaque même. Le visage d'Aloys se métamorphosa en quelques secondes, le jeune fuyant et timide laissa place à une toute autre personne qui affichait un léger sourire narquois. Ses doigts qui frottaient ses sutures s'arrêtèrent, la fleur sans pétale au sol entre les chaussures du jeune homme se fit soudainement écraser par la semelle en caoutchouc. « On est tous des cinglés » ces mots laissait un léger rire à Aloys, il avait l'impression que personne ne pouvait le comprendre et c'est sûrement le cas, après tout chacun est différent. Qui pouvait comprendre toute les pulsions qui traversait sa tête et son corps, qui pouvait comprendre cette voix qu'il n'entend pas mais pourtant qui est là et qui le torture,le soumet. Il laissa ses yeux plus longtemps sur Raven et le détailla comme si il n'avait plus peur de croiser son regard. La peur ne se faisait plus ressentir en effet, c'était autre chose, une allure hautaine peut-être.

-  «  Qui te dis que c'est toi qui me fait peur ? On est peut-être tous cinglés mais on est tous différent. Si tu ne veux pas prendre le risque de me voir arracher mes sutures, je ne te retiens pas avec moi. Après tout c'est toi qui a tenu à venir faire connaissance. »

Aloys posa ses coudes sur ses cuisses et enfouis son visage dans ses mains, pendant quelques secondes il resta dans ce noir reposant et familier. IL inspira profondément et se redressa de nouveau faisant comme son camarade. Le visage tendu vers le ciel, il laissait la douce lumière venir caresser ses joues blanches. Ce contact était comme une légère brûlure, sa peau commençait déjà à rougir, doucement, laissant la blancheur se teinté d'un rose très pâle.

«  je suis pas quelqu'un de sociable et toi non plus il faut croire, pourquoi tu es là ? »

L'attitude d'Aloys avait changer mais pas seulement, l'intonation de sa voix aussi, avait changé. Il ne baissait toujours pas les yeux, et contrairement au début il cherchait même le contact visuel avec Raven. Il ne savait pas quoi dire d'autre, il réfléchissait mais seul ses vieux réflexes lui revenait en tête.


© By Halloween sur Never-Utopia



Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
La curiosité est un vilain défaut, mais ça occupe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La curiosité est un vilain défaut [Nicolas de Ruzé]
» La curiosité est un vilain défaut chère filleule [Fae]
» [Défi] La curiosité est un vilain défaut...
» La curiosité est un vilain défaut ! || PV Sapy
» O1 - La curiosité est un vilain défaut. | Allyson [TERMINER]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Flood :: Rp's inachevés-
Sauter vers: