AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Avant de commencer :: Il était une fois :: Fiches validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

en foirant, il y a de si nombreuses années, petite fille paralysée par la peur, elle s'est noyée dans sa propre énigme. • • Perséphone

Messages : 10
Date d'inscription : 07/08/2015

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:
Classe B-3
Ven 7 Aoû - 11:54
ASHFORD
Perséphone
Situation financière : Aisée
Situation conjugale : Ravenophile

▬ ft. Black rock shooter

AGE : 18
NATIONALITÉ : Fraco-japonaise
SEXE : Femelle
Orientation sexuelle : Ravenophile
GROUPE : B3
DÉLITS : Complicité de meurtre avec préméditation, cleptomanie, harcèlement, agressions.
METIER : Si habitant
SIGNE(S)S DISTINCTIS(s) : Deux cicatrices
AUTRE CHOSE ? : ....

Physique ★ Perséphone, elle est mignonne, juste mignonne. Elle n’est pas belle, parce qu’elle n’est pas une femme. Les vêtements moulants, les talons hauts ou les chemisiers ne sont clairement pas pour elle. Des fringues, la demoiselle n’en trouve qu’au rayon enfant, et encore. Il lui est difficile d’habiller sa petite taille. En effet, cette dernière oscille le mètre cinquante, il lui est donc difficile de se vêtir comme une vraie femme. En outre,  son poids plume n’arrange pas les choses. La taille de la brunette est plutôt fine, et sa poitrine est à peine développée.  Et ça, c'est l'un de ses plus grands complexes. Cependant, ce n'est pas la seule chose qui complexe la nymphette : son petit bonnet B, ainsi que ses cicatrices, dont une sur son flanc droit, et l'autre sous le sein gauche. Cela fait déjà pas mal de défauts.  Du coup, Perséphone porte souvent un uniforme assez classe, que cette dernière a obtenu en jouant de ses charmes.  Elle le porte de manière un peu débrayée. En effet, celle-ci ne rentre pas sa chemise dans sa jupe. Une erreur de goût ? Son style vestimentaire est un peu négligé, mais son visage poupin arrange les choses, non ?

Tient, parlons-en de son visage enfantin. Déjà, Perséphone, c’est le parfait stéréotype japonais –  sans prendre en compte son caractère de merde. Une longue chevelure de jais – comme un ciel sans étoiles, qui danse avec grâce dans son dos, et de jolis yeux bleutés, qui restent un océan glacial et de mystère. Au moins, malgré son apparence juvénile, on lui a accordé de beaux yeux. La délinquante maquille d’ailleurs chaque jour ses iris, dans l’espoir de se vieillir un peu. Un trait de crayon sur le dessous des yeux, parfois accompagné d’un trait d’eye-liner sur le dessus. Ses longs cils sont relevés grâce à du mascara, tandis que ses fines lèvres sont couvertes de gloss. Elle est bien mignonne Perséphone, elle ressemble plus à une poupée ainsi, avec son teint blême –héritage de sa mère nipponne, sans imperfections  – c’est là tout l’avantage de ne pas grandir. Mais son teint blême, elle ne l’aime pas. On est dans le sud merde. Pourquoi elle ne bronze pas ?! Il n'y a que ses pommettes qui se teintent d'un léger rose, quand le mauvais temps se fait sentir, ou quand celle-ci se décide à mettre du fard à joues tout simplement.

Enfin, en dehors de son vieil uniforme, Perséphone ne porte que des couleurs sombres, contrastant avec sa peau blanchâtre, et ne quitte jamais le manteau que Raven lui a offert. La damoiselle porte rarement des jeans, trouvant cela trop inconfortable... Seules les jupes et les robes peuvent habiller aisément sa féminité, puisqu'elles laissent une vue sur les fines jambes de la demoiselle.  L'adolescente prend soin d'elle, même si celle-ci n'est pas du tout féminine. Notre amie se lisse les cheveux tous les matins, et varie les coiffures. En outre, cette dernière utilise aussi quelques produits de beauté, dont certains dans l'espoir de cacher ses cicatrices si déplaisantes.


██████████████

Caractère ★ Il est aisé de percevoir le manque d'intérêt que porte Perséphone à l'égard de son entourage. Son impulsivité prenant souvent le dessus sur elle. En outre, la jeune femme sait se montre particulièrement persuasive, en usant de ses charmes. De ce fait, notre amie obtient toujours ce qu'elle veut, abandonner ne fait pas partie de son vocabulaire. Il ne faut pas trop compter sur la pitié de la jouvencelle. En effet, celle-ci est plutôt antipathique. La brunette abandonnerait une personne agonissant sous ses yeux, sous prétexte que cela lui faisait perdre son temps. Ne la bassinez d'ailleurs pas avec vos sentiments, vos emmerdes, et tout autre futilité, elle va juste vous rajouter des soucis... ou dans le meilleur des cas, en aura rien à faire et vous enverra chier. Il n'y a que peu de choses qui intéressaient vraiment la damoiselle : l'argent, et Raven, qui faisait d'ailleurs exception au manque d'empathie de sa petite amie. Perséphone veut tout tirer pour elle, ce qui marque alors son caractère avide, et égocentrique. Hormis sa propre personne, il n'y a pas grand-monde dans son cœur d'ombre, il n'y a que Raven, SON Raven. L'adolescente se montre très possessive, et très jalouse à son égard, il LUI appartient, même si cette dernière ne lui montre pas forcément. S'ils s'entendent si bien, c'est probablement, car les deux tourtereaux sont aussi malsains l'un que l'autre. Qui se ressemblent s'assemblent n'est-il pas ? Ces aspects de sa personnalité s'expliquent sûrement par le rejet de son frère aîné, qui l'a marqué dans son jeune âge.

Faible. Vous entendrez souvent ce mot de la bouche de la donzelle. Ce qui renvoie, une fois encore, à son manque d'empathie, et accessoirement de sympathie. Perséphone n'est pas du genre à aller vers les autres, son caractère froid prenant souvent le dessus. Son côté distant et vulgaire décourageant fréquemment toute personne tentant de s'approcher un peu trop près d'elle... Cependant, notre amie ne pourra pas s'empêcher de manipuler, ou détruire une personne jugée trop faible. Comme elle l'a fait, auparavant, avec son amie d'enfance. Les gens faibles d'esprits, naïfs, et trop souriant la dégouttant au plus haut point. Malgré son apparence juvénile, Perséphone peut vous entraîner dans les abysses profonds de l'Enfer, avec un plaisir presque malsain. Il lui arrive parfois de se montrer extravertie, notamment pour faire le tour des potins de l'internat. Cherchant la moindre information lui permettant d'enfoncer encore plus ses victimes. Perséphone est fascinante. C'est une beauté glaciale, une fleur délicate. En effet, la demoiselle reste pessimiste, elle a perdu foi en l'humanité, en la société. Au fond, c'est une jeune femme blessée, incomprise, qui souffre en silence.

L'impulsivité est le principal défaut de la brune, une parole déplacée à son égard et... En fait, n'essayez pas si vous tenez à votre intégrité physique... Frapper ou insulter Raven est d'autant plus prohibé. Malgré son fort caractère, la française peut – rarement – se montrer douce avec lui. L'impulsive préfère néanmoins largement la joute physique que verbale. Malgré – tout - ses défauts, Perséphone est loin d'être stupide. Elle a toujours été bonne élève, et un fin stratège

Histoire

Histoire ★ Perséphone, douce Perséphone. Tu es née dans un milieu aisé, avec deux parents t'aimant suffisamment pour céder à tous tes caprices. Petite princesse, tu admirais ton grand-frère, tu voulais lui ressembler. Cependant, Hadès ne t'aimait pas. Il te reprochait de toujours accaparer l'attention de tes parents. Mais, tu ne voulais pas d'autant d'attention, tu ne voulais que celle de ton bien-aimé, de ton grand-frère si parfait. Ce grand-frère qui était ce que tu voulais être ton modèle, celui qui pouvait faire n'importe quoi. Et, tu le suivais dans ses conneries, tu insultais la maîtresse avec lui, tu torturais les autres élèves également. Mais, tu n'étais jamais punie. Ô Perséphone, petite Perséphone, la vie était si cruelle avec toi. Elle voulait te priver de l'amour d'un frère, t'éloigner de cette personne que tu admirais et chérissais tant. Pauvre enfant dorée, qui pleurait chaque soir sur son triste sort, qui criait, hurlait, jusqu'à en briser ses biens les plus précieux. Tu en frappais les murs, jusqu'à en avoir les mains rouges de sang, tu avais la rage, la rage contre ce monde, cette société absurde. Tes parents étaient si inquiets, alors ils t'envoyèrent voir un psychologue, tandis qu'ils se demandaient ce que Hadès allait devenir.

Alors que tu allais voir ce stupide psychologue, il fut très impressionné par ton aisance à t'exprimer, et à manier la langue de Molière. Ce dernier était si surpris qu'une si petite enfant puisse connaître autant de mots difficiles. Le médecin te fit donc passer un test de Q.I, afin de voir si tu étais un génie. Après tout, cela pouvait bien expliquer ton sinistre comportement. Et, le résultat fut si surprenant. Qui aurait pu croire que la violente Perséphone serait si intelligente ? Tes parents étaient si fiers, ils se vantaient d'avoir donné naissance à un petit génie, peut-être un futur juge ? Ou un célèbre ingénieur ? Tant de possibilités s'ouvraient à toi Perséphone, de belles carrières, une vie où tu ne vivrais pas dans le besoin. Néanmoins, tu n'en avais que faire. Il n'y a qu'Hadès qui t'intéressait, ironie du sort.

Et, Hadès. Il subissait chaque jour les admonestations de vos géniteurs. Et, il en souffrait, Hadès. Il étouffait, son seul souhait était de quitter cette maison. Partir, loin, et quitter cette fatalité. Alors, il décida de se rendre dans un pensionnat, afin d'améliorer - soit disant, son niveau. Perséphone, cruelle Perséphone. Tu souffrais du départ de ton aîné, tu voulais hurler ta haine au monde, priver ton entourage de bonheur. Après tout, toi, tu n'y avais pas le droit. Dès le départ d'Hadès, tu commenças à en vouloir plus, tu voulais tout posséder, tout. Mais tes parents, ils n'étaient pas toujours d'accord. Alors, Perséphone, instable Perséphone, tu fis ta crise d'adolescence. Tu volais tout ce que tu désirais, puisque tout devait t'appartenir, tu frappais ceux qui te donnaient la rage -les gens trop heureux, ceux qui te dégouttait. Tu étais belle, cruellement belle, et tu le savais. Alors, Perséphone, jolie Perséphone, tu jouais les escort-girls, ces idiots d'hommes te payaient ce que tu voulais, peu importe le prix. Et, cela te rendait folle de joie.

Cependant, Perséphone, avide Perséphone, tu n'en avais pas encore assez. Tu en voulais plus, encore plus. Alors, tu jetas ton dépourvu sur ton amie d'enfance, qui te vouait une confiance aveugle. Tu connaissais ses pires secrets, tu n'hésitas donc pas à la salir, derrière son dos. Tu profitais de son argent aussi, après tout ses parents étaient plus friqués que les tiens. Cependant, un jour, ton amie s'en rendit compte. Tu n'arrivas plus à la joindre. Tu avais trahie ton amie la plus proche, sans aucune pitié. Tu étais cruelle Perséphone, mais tu avais la rage.

Un soir, alors que tu errais dans les rues, à la recherche de quelques idiots à tabasser, tu fis la rencontre de Raven. Le jeune homme s'adonnait aux mêmes plaisirs que toi, vous vous liâtes donc facilement d'amitié. Ensemble, vous faisiez les quatre cent coups, passant toutes vos soirées ensembles. Soirées qui, d'ailleurs, te remontaient le moral Perséphone, fragile Perséphone. Raven était la seule personne qui arrivait à te faire sourire depuis le départ de ton frère. Bientôt, tu te mis à ressentir une forme d'attirance envers le jeune garçon, ce qui ne te surprenait guère. Vous vous ressembliez beaucoup. Tu savais que tôt ou tard, tu tomberais amoureuse. Personne ne pouvait rester indifférent à tous ses bons moments : à ces piques et défis que vous vous lanciez sans cesse. Oui, parfois, vous vous rapprochiez de la folie, et alors ? La vie est trop courte pour ne pas en profiter.

Plus le temps passait, et plus tu avais du mal à contenir tes sentiments. Néanmoins, tu ne savais comment les exprimer. En le frappant, peut-être ? Non, c'était une idée stupide. Tu pris finalement ton courage à deux mains, avant de lui avouer ton amour, sans trop espérer. Quelle surprise lorsqu'il t'avoua que vos sentiments étaient réciproques ! Vous commençâtes alors à sortir ensemble, sans vraiment vous comporter comme un couple normal, après tout, vous sortiez du lot.

Un soir, un curieux sms de ton petit-ami piqua ta curiosité : il voulait tuer ses parents. Sur le coup, tu ne compris pas vraiment Perséphone, ignorante Perséphone. Il avait toujours été proche de ses derniers. Néanmoins, tu ne lui fis pas part de cette impression, tu te contentas seulement de l'aider, en lui dégotant une arme à feu. En outre, tu lui servis d'alibi, afin que la police ne le soupçonne point.

Quelques mois plus, votre supercherie fut découverte, grâce à la police scientifique. Une comparaison immédiate eue lieu devant la juridiction compétente. Votre avocat arriva à vous éviter la prison, grâce à sa plaidoirie. Le magistrat vous envoya alors dans un internat, spécialisé dans la délinquance. Enfin, tu aurais pu y échapper, mais tu as préféré insulter tes parents de tous les noms lors de l'audience. En même, temps, ils l'ont cherché ! Oser insulter Raven devant toi, et tenter de l'envoyer au trou à vie... Impardonnable ! Raven ne t'aurait jamais manipulé, il n'est pas comme ça. Enfin, tout comme Raven, tu fus envoyée en B3, du à tes antécédents psychologiques.


CODE DU FORUM :
AGE : 19
NOTE DU FORUM ? : 9,99/10
AUTRE COMPTE ICI ? : Nop
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 10
Date d'inscription : 07/08/2015

Carte d'identité
Les relations:
Son crime:
Classe B-3
Ven 7 Aoû - 23:27
Voilaaa ♥
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 160
Date d'inscription : 30/09/2014
Localisation : Dans les nuages ~
Admin
Ven 7 Aoû - 23:41



Bien Joué !


Tu es validé(e)!

Maintenant que tu as rejoins notre établissement pour délinquants. Nous te demandons quelques petites choses :

• Aller recenser ton avatar
• Chercher un partenaire pour RP
• Ainsi que ton topic de relations
• Demander à rejoindre un bungalow ou une habitation


(c) MEI SUR APPLE SPRING
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
en foirant, il y a de si nombreuses années, petite fille paralysée par la peur, elle s'est noyée dans sa propre énigme. • • Perséphone
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» anecdote sur le passage de Napoléon à Buigny-St-Maclou (80)
» La fin de Kadhafi?
» SECURITÉ DE PREVAL ET ARISTIDE: L'ETAT DOIT METTRE FREIN AU GASPILLAGE DES FONDS
» Nombreuses animations pour les 40 ans du Parc - Brasparts
» La forêt abrîte de nombreuses choses... /PV ETHAN/

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Avant de commencer :: Il était une fois :: Fiches validées-
Sauter vers: